Rendez-vous au 14

  • Lady Black Ale

    Ce soir-là, je voulus me changer les idées, sortir de mon intérieur. Je me suis retrouvé au Beer Lovers', seul, j'ai commandé une Libertine Black Ale, seule aussi. La belle m'intriguait, trop. Je brûlais d'envie ne fût-ce que de sentir son parfum ou d'effleurer son onctuosité du bout des lèvres. Alors, quand elle est arrivée, j'ai sauté sur l'occasion pour faire connaissance : elle s'est laissée saisir délicatement, s'est approchée de mes yeux et m'a soufflé quelques mots, trop peu, avant de me filer entre les doigts ! Après tout, je n'étais qu'un inconnu. Mais n'était-elle pas une inconnue pour moi aussi jusqu'à cet instant, trop bref ? J'ai pensé qu'il me fallait me faire connaître. Aussi tentai-je une autre approche, moins brusque mais toujours déterminée. J'ai saisi son corps, translucide et froid comme une âme en peine, avec autant de franchise que de liberté, ce dont elle ne s'offusqua point. À cet instant précis, j'en sus davantage que je n'en avais savouré, demeurant cet inconnu poli tandis qu'elle rayonnait dans sa robe noire, épaisse comme un rêve où l'on meurt embourbé. Et là, c'en fut assez ! Je n'en pus plus et l'empoignai violemment, la forçai à s'incliner en lui remontant sa robe et la fis se vider jusqu'à la dernière goutte ! Que ce fut bon ! Elle coulait enfin en moi, tel un sombre secret dont je caressais les unes après les autres les moindres subtilités, inviolées jusqu'alors. Elle avait le goût de mon impatience et l'amertume de mes rêves. Mais quand je voulus la relâcher, je m'aperçus qu'elle était partie pour de bon. Mon erreur était consommée. Entre nous, que me reste-t-il d'elle, si ce n'est ce goût de trop peu ? Et elle, qu'aura-t-elle appris de moi, si ce n'est la maladresse éprouvée de ma solitude ?

    Catégories : Prose poétique
  • L'Art de Livre 2016

    Cette année, comme les trois précédentes, Jules Cybèle déploiera sa queue de paon blanc à l'Art de Livre les 15 et 16 octobre à Belgny-Mine. Bien sûr, il y aura quantité d'auteurs, de genres variés, aux plumages bien plus colorés ; je vous invite à faire un tour sur le site de l'event pour prendre connaissance du programme.

    Je vous y attendrai de plume ferme sur le stand de Chloé des Lys, avec mes deux ouvrages : la nouvelle Le Jet, et Deuil le jour / Œil la nuit, un recueil de poésie. Deux œuvres que je qualifie d'érotique-horreur, aux accents profondément symbolistes. Prix salon 10€.

    Nouveauté

    J'aurai le plaisir de vous présenter un recueil auto-édité de récits brefs mais intenses : Moments de prose poétique, qui compile une série de textes (revus et peaufinés) publiés sur ce blog et ma Page Facebook. Prix libre.

    Poésie dédiée

    Ma plume sera à votre disposition pour vous écrire un court poème sur demande : vous me direz trois mots, votre prénom, et je vous écrirai une poésie selon l'inspiration du moment. Prix libre.

    d8ft5-Affiche_16.JPG

    Catégories : Actualité, Events
  • Ne me le dites pas !

    Je voudrais n'être qu'un rêve, noir. Une certitude sans nuance ni tonalité. Sans servitude, une humeur naissante qui ne se tarit jamais, jamais ne se tait, toujours grandit, sans vie, sur son lit de feuilles vierges, une plume coincée au travers de la gorge. Une pulsion de mort poétique, une idée suicidaire, mais juste une idée : le mot de la fin. Le piège tendu d'une conclusion qui tire en longueur. Que ne suis-je une impression de déjà-vu ? Si je pouvais n'exister que dans les yeux, à fleur de peau ou sur le bout de la langue... J'aimerais n'être qu'une longue hésitation, sans tension, une envie qui ne sait pas ce qu'elle veut mais sûre, au moins, d'exister. Tout au plus, une sirène qui ne s'arrête plus de hurler, la conscience permanente du danger de vivre, qui s'alarme au moindre battement de cœur. Finalement, je me sens comme un cœur, coupé du monde, coupé tout court et déposé là, par terre. Ne me dites pas que vous ne l'aviez pas vu ??

    Catégories : Prose poétique
  • Les genres

    podcast

    Nous avons initié, dans notre club de jeux de rôle (le Fumble Asylum, à Liège), des tables rondes autour du jeu de rôle. Elles sont ouvertes à tous, même si nous y parlons davantage de la maîtrise. Les séances sont organisées sous la forme d'atelier participatif, elles sont animées par Youri Parizel et moi-même.

    Leur objectif est d'offrir un espace de discussion et de partage des connaissances en matière d'animation de jeu de rôle, aussi bien en termes d'interprétation, de narration et de prise en main des règles, que de gestion de groupe ou de techniques d'animations diverses. Nous souhaitons qu'elles permettent aux MJ, et aux joueurs, d'ouvrir de nouvelles portes sur leur manière d'appréhender le jeu de rôle.

    Nous gardons une trace écrite de l'essence des débats, que je publierai après chaque séance sur ce blog. En essayant que le compte-rendu d'une séance paraisse avant la suivante.

    Comme premier thème, nous avons choisi : les genres, leurs codes et leurs systèmes de règles. Youri et moi avons abordé le thème en partant de deux questionnements différents :

    1. Qu'est-ce qui définit le genre, notamment à travers la tension narrative ?
    2. Le travail d'équipe fait-il partie des codes du genre, ou est-il une nécessité narrative ?

    De nombreux genres ont été évoqués : fantasy, horreur, space opera, western, capes et épées, pulp, fantastique, gothique, entre autres. Nous en avons relevé les principaux codes en guise d'introduction, en mettant à contribution les capacités des participants à reconnaître les genres, notamment par les codes, mais aussi grâce aux clichés, en faisant appel à leurs références culturelles.

    Lire la suite

    Catégories : Ludologie
  • Café blasé

    Cette fois, mon café glacé a la saveur d'une autruche. Très en colère. Il ne manque plus que les plumes pour qu'il lui pousse des ailes. L'eau et l'air, tout et son contraire... Pourquoi l'ai-je bu ? L'ai-je voulu ? Il m'a plu. Vous le savez, je l'ai bu, alors, qu'attendez-vous de savoir de plus ? Vous aimeriez que je vous raconte, ce nectar aigu, cette coquille tiède qui, percée à jour, vous déverse son œuf marron glacé, cette cassonade qui se fait désirer. Vous auriez voulu que je vous dise, qu'il vous séduise, que vous flûtes enchantées de le savoir ! Mais vous l'eussiez bu à ma place. Cela ne s'eût pu. Jamais ! Allez tous vous faire boire ! Moi je préfère vous noyer dans la noirceur, vous étouffer avec des plumes d'autruche très énervée, tout en vous évitant le ridicule du redondant. Permettez-moi d'étendre votre palais aux succursales de mes goûts contrastés, sans avoir à trop en dire. Il suffira de délier vos langues, sans en baver. Ce qui ne sera pas donné, je le concède. Et reprendre sera voler.

    Photo1350.jpg

    Catégories : Prose poétique
  • Dire pour Agir

    podcast
    715077_1.jpeg

    Du 29 septembre au 14 décembre 2015, j'ai suivi la formation Dire pour Agir. Elle a pour but d'enseigner les bases de l'animation socioculturelle*, en se focalisant sur les pratiques orales et écrites : ateliers s'écriture, conte, lecture à voix haute, récit de vie, slam, etc. Pour celles et ceux qui seraient intéressé(e)s, sachez qu'elle se déroule à Liège, Verviers et Namur (prenez contact avec le PAC pour plus d'informations). Si je vous en parle aujourd'hui, c'est pour faire le point sur l'usage possible du jeu de rôle sur table en tant qu'outil d'animation socioculturelle. En effet, j'ai proposé à l'équipe d'animer une journée de formation continuée sur le jeu de rôle. La proposition a été globalement bien accueillie, voici le compte-rendu de cette journée enrichissante.

    Le podcast présente une définition du socioculturel et du jeu de rôle à vocation socioculturelle.

    Lire la suite

    Catégories : Ludologie
  • Ainsi, je mourrai

    La bière coule en moi comme un volcan. L'amer dévale le dédale de mes pensées, saturées, je voudrais m'y noyer, mais le feu aura raison de moi avant que je ne cesse de respirer. Je veux mourir étouffé, privé de câlins, mais saoul. Dévoré, consumé, mais entier. Je veux n'être qu'un cadavre, un pied de nez à la réalité, qui dit merde à tout sauf au bon sens. Même au bon goût. Je veux me fumer, me rôtir à la broche, au moins j'aurai une bonne raison de tourner en rond. Je veux me dépecer, m'arracher la plume et tacher vos vies avec mon sang. Ainsi, je saurai que mes mots vous auront touchés.

    Catégories : Prose poétique