Dinosaur erotica

DinosaurErotica.JPG

Le vélociraptor se tenait embusqué à l’ombre d’un bao-bab, tandis qu’elle déambulait nue et comme perdue à l’orée de la forêt, avec, pour seul guide, une lune coquine. Cet air ingénu était une ruse... [suite très érotique, âmes susceptibles s'abstenir]

Le vélociraptor se tenait embusqué à l’ombre d’un bao-bab, tandis qu’elle déambulait nue et comme perdue à l’orée de la forêt, avec, pour seul guide, une lune coquine. Cet air ingénu était une ruse : il reconnaissait la Reine Rousse, la chef des Amazones. Son gang de théropodes, connu sous le nom de Big Gang Bang, venait de lui prendre pas moins de cent rousses vierges au dernier raid. Les guerrières avaient sans doute envoyé leur Reine pour le défier, lui, Oiled Claw, chef du BGB, afin d’obtenir la libération des filles… du moins, de celles encore vierges. Il était vain de se planquer plus longtemps, d’autant plus qu’Oiled Claw n’avait pas forniqué depuis des jours : il avait été contraint de céder les filles ravies aux Tex Rex, une bande rivale qui tient toutes les autres par les couilles… Mieux valait en finir vite ! Le raptor jaillit de sa cachette et surprit la Reine : « Si tu me cherches, tu m’as trouvé ! » siffla-t-il. Elle sursauta en poussant un cri d’effroi mêlé d’excitation, son corps exsuda un parfum de peur, ce qui attisa l’envie bestiale d’Oiled Claw. « Je viens réclamer les filles que tes lézards vicieux ont capturées ! » lança-t-elle méprisante. Il émit pour seule réponse un grognement rauque avant de se ruer sur elle et de la renverser sur le dos, toutes griffes en érection ! Elle se laissa lacérer, feignant la douleur, cependant qu’elle frottait frénétiquement sa vulve contre ses écailles. Il la mordit à sang pour bien lui montrer qui était le maître, et elle fit semblant de faillir. Comme elle s’y attendait, Oiled Claw en profita pour l’enfourcher brutalement. Elle le laissa faire, non sans éprouver l’orgasme à de multiples reprises, tout en simulant les horribles souffrances qu’il croyait lui infliger. Et quand il vint en elle, ses jambes d’athlète se refermèrent sur sa carcasse effilée ! Il sentit ses côtes broyées lui ouvrir les organes de l’intérieur quand la Reine Rousse le retourna à son tour sur le dos, terminant de le faire éjaculer alors qu’il grognait en crachant du sang. « Rends-moi les vierges et je t’achève proprement ! » ordonna l’Amazone. « Arrgl… plus ici… données… aarrgh… les Tex Rex nous rackettent… ». Alors qu’il mourrait en inondant la Reine de sa semence, il lui jeta un regard torve et vit qu’elle venait de pâlir. Il ricana en se vidant de tous ses fluides et lui cracha ses dernières paroles : « Tu m’as peut-être vaincu… errrgh… mais tu ne survivras jamais à Too Big Claw, le chef des Tex Rex… aargl… La sienne est bien plus grosse ! »

Catégories : Écriture, Prose poétique

Commentaires