Sourire à la dérive

Voici venir les mots qui hachent, sans crier gare.
Lexique fatal, tu me condamnes à trop de morts
Et tu me laisses l’esprit errant au bord du souffle.
Je me reprends, tu me cravaches à coup d’remords.
Et j’adore ça ! Dis-moi pourquoi j’aime tant m’ouvrir…
Jusqu’à frôler l’hémorragie spirituelle.
Cracheuse de mots, mes vers se fâchent, ils fusent vers toi !
À l’abordage ! Phrase contre phrase, bouche contre bouche.
Vois ton empire, Muse des césures, il se dévoile
Quand mon sourire, lui, se détache, m’arrache le cœur,
Le catapulte, sanguinolent, vampirisé !
Vois ton empire, Muse des césures, en ligne de mire.

Commentaires