À quels espoirs le néant sourit-il ?

L'espoir est le fantôme de l'envie, tandis que sa douleur est esclave de l'ennui. J'aurais mieux fait d'être mort. Mais je cultive, comme tout un chacun, j'imagine, le goût pour la médiocrité de l'existence. Enfin, la douleur est la somme d'une vie : une analepse interminable. Tel un néant qui nous sourit. (Sommes-nous l'espoir ?) Ma solitude se meurt, parmi tant d'autres, au milieu de mille sollicitudes. Elle rend son dernier souffle que l'ennui lui a prêté. À quels espoirs peut-on se fier quand les mots soupirent pour en parler ? Et l'écrire n'est-il pas qu'illusion ? Un rêve qui n'arrive jamais ? Un miroir qui ne reflète que lui-même ? Qu'importe, tant que le doute l'emporte... Fais-moi rêver, fais-moi être, fais-moi douter. Façonne l'espoir. Façon de parler.

Commentaires